Jeudi 24 décembre 2015

Noël, bonté et tendresse de Dieu

Cette nuit-là, un enfant est né, Dieu lui-même a pris visage humain. JÉSUS s’est fait notre frère, tout être humain est de sa famille : étonnante nouvelle dont nous n’aurons jamais fini de nous émerveiller, alors que pour d’autres c’est un blasphème et un scandale. C’est le seul trésor que les disciples de JÉSUS ont à cœur d’accueillir, pour le partager.

Une lumière brille dans notre nuit : prenons le temps de la regarder. Qu’elle éclaire nos pas. Je le souhaite à tous, à chacun de vous, à vos familles, à vos amis.

Ce trésor s’appelle miséricorde. Le découvrir à nouveau dans l’année qui vient, telle est l’invitation que le pape FRANÇOIS fait à tous. Dieu est miséricorde, un cœur qui aime. Aussi désire-t-il entrer en dialogue, partager notre vie, nous rejoindre dans ce qui défigure notre humanité, pour nous en libérer.« SUS, écrit le pape FRANÇOIS, est le visage de la miséricorde du Père. » Tout dans sa vie et jusque dans sa mort sur la croix le révèle. Son amour est pour tous, sans exception.

Tu veux savoir ce qu’est la miséricorde, regarde JÉSUS.

Un jour, JÉSUS a raconté l’histoire d’un homme tombé aux mains de brigands. Trois personnes sont passées sur la route. Les deux premières se sont sans doute demandé : « Que va-t-il nous arriver, si nous nous occupons de lui ? » et elles sont passées à bonne distance. Un Samaritain, en voyage, ne s’est posé qu’une question : « Que va-t-il lui arriver si je ne m’occupe pas de lui ? » et il s’est approché (Luc 10, 25-37).

Cette dernière question ouvre le seul chemin possible pour les disciples de JÉSUS :

  • Que va-t-il arriver à tant de peuples si nous ne prenons pas soin de la création qui nous est confiée, si nous ne changeons pas radicalement d’orientation ?
  • Que va-t-il arriver à tant de personnes si nous nous laissons envahir par la peur et nous enfermons dans nos frontières ?
  • Que va-t-il arriver à notre société, si nous montrons du doigt telle communauté comme responsable de la violence qui la déchire ?

Questions complexes, réponses complexes aussi, mais qui doivent toujours être éclairées par cet amour inconditionnel, celui que le Fils de Dieu, à Noël, incarne sur la terre des hommes. « Là où il y a des chrétiens, dit le pape FRANÇOIS, quiconque doit pouvoir trouver une oasis de miséricorde. »

Que personne ne puisse ignorer qu’il est aimé ainsi.

SUS nous a fait entrer dans sa fraternité, et en lui nous sommes frères. Aujourd’hui, il accompagne, soutient et guide notre marche ; il nous invite à ne pas avoir peur et nous en donne l’énergie.

Chargé de veiller à la marche de notre diocèse, dans l’attente d’un nouveau pasteur, je vous offre ces quelques lignes comme un encouragement à poursuivre la route et à vivre ensemble ce temps d’attente, dans la lumière de Noël. Belle fête à tous.

RE FRANÇOIS REYNARD