Dimanche 22 février 2015

Les yeux des mages (Janvier 2014)

La fête de l’Épiphanie nous invite à discerner ce qui a du sens.

les 3 Rois mages - JPEG - 183.6 ko
les 3 Rois mages
En suivant l’étoile

L’évangéliste saint Matthieu met en scène, autour de la crèche, des personnages mystérieux venus d’Orient. Ce sont des mages, c’est-à- dire des savants connaissant les astres. Ils avaient l’habitude de scruter le ciel, de le décrire, et parfois d’en tirer des présages. Cela demandait du temps, de la patience et de bien savoir ouvrir l’œil. Dans les biographies des grands personnages, on racontait que de grands signes accompagnaient leur naissance, et souvent des signes dans le ciel.

Saint Matthieu reprend cette tradition : les mages ont vu une étoile briller, signe de la naissance du roi des Juifs. En arrivant auprès de Jésus, ils sont saisis d’une grande joie et se prosternent.

Leurs yeux exercés voient dans ce petit enfant un roi tout particulier. Non pas un roi menaçant, mais un roi de paix. Hérode au contraire, est présenté comme inquiet, agité. Il ne prend ni le temps de regarder le ciel, ni celui de suivre les mages, pour aller voir l’enfant. Il se sent menacé.

Cette naissance de Jésus dans la crèche, c’est la manifestation de Dieu à qui prend le temps de le découvrir. Cette fête de l’Épiphanie nous invite à discerner, au-delà des événements très médiatisés et des grands bruits, ce qui a du sens. En commençant une nouvelle année, scrutons les signes des temps, soyons attentifs, à ce qui est lent ou discret. À la fois en nous-mêmes et autour de nous. À l’image de l’enfant Jésus, les plus fragiles, les plus petits nous aident à voir l’essentiel.

Père Emmanuel Rochigneux